QUESTIONS AUX CONFÉRENCIERS

Un espace pédagogique, complément idéal de vos conférences.

Retrouvez ci-dessous les questions de vos co-externes et découvrez les réponses des conférenciers ECN Academy !

CONFÉRENCE DFASM 2 DE CHIRURGIE DIGESTIVE N° 1

Question de Jérémy :

En quoi consiste le test à la gastrografine ?

Réponse du Pr Stéphane BENOIST, PU-PH, Chirurgien digestif à l’Hôpital Bicêtre (AP-HP), Le Kremlin-Bicêtre :

En cas d’occlusion sur bride, chez un malade qui n’a plus de douleur, on peut essayer de lever l’occlusion par l’administration de gastrografine. En effet ce produit de contraste est hyper osmolaire et permet par le flux qu’il entraine de lever une bride peu serrée. De plus ce produit est radio-opaque et 6h après son administration, on réalise généralement un ASP pour vérifier si le produit est passé dans le colon. Si à 6h le produit est passé, c’est que l’occlusion est en train de se lever et au contraire s’il n’est pas passé, c’est que l’occlusion ne pourra pas se lever sans chirurgie. Le test à la gastrografine a donc un intérêt thérapeutique mais permet aussi d’indiquer une chirurgie plus rapidement que la simple observation chez un malade qui n’a plus mal.

CONFÉRENCE DFASM 2 D’ORL N° 1

Question de Jérémy :

L’HTA chronique est-elle un facteur de risque de maladie de Ménière ?

Réponse du Dr Diane LAZARD, PH, Chirurgien ORL à l’Institut Arthur Vernes, Paris :

Non, l’HTA systémique n’a rien à voir avec la physiopathologie de la maladie de Ménière. L’oreille interne n’est pas reliée directement au système artériel. L’hydrops du Ménière est lié à une augmentation de pression de l’endolymphe, liquide plus apparenté au LCR mais différent de celui-ci, qui assure l’homéostasie des organes neurosensoriels auditifs et vestibulaires.

CONFÉRENCE DFASM 2 DE PÉDIATRIE N° 1

Question de Dora :

Concernant une fièvre aiguë sans signes d’appel infectieux, la BU doit être faite à partir de 48 ou 72h ? Et y a-t-il un seuil de fièvre supérieur à 39 ?

Réponse du Dr Nadia NATHAN, PH, Pédiatre à l’Hôpital Armand-Trousseau (AP-HP), Paris :

72h (donc en fait “plus de 48h”) si supérieur à 3 mois. De suite si inférieur à 3 mois. Une fièvre élevée ne modifie pas ces délais. Il n’y a pas de seuil supérieur de fièvre.

CONFÉRENCE DFASM 3 D’HÉMATOLOGIE N° 1

Question de Jérémy :

Comment expliquer qu’une LMC de lignée myéloïde peut s’acutiser en LAL de lignée lymphoïde ?

Réponse du Dr David SIBON, MCU-PH, Hématologue à l’Hôpital Necker (AP-HP), Paris :

La LMC est une maladie des cellules souches hématopoïétiques ; on retrouve ainsi le réarrangement BCR-ABL dans toutes les cellules myéloïdes, mais aussi dans tous les lymphocytes B, et plus rarement dans les lymphocytes T. Les LAL secondaires à l’acutisation d’une LMC sont pratiquement toujours des LAL B.

CONFÉRENCE DFASM 3 DE NÉPHROLOGIE N° 1

Question d’Antoine :

Pourquoi la prise d’au moins 1 antihypertenseur rentre dans la définition de l’hypertension ?

Réponse du Dr Alexandre SEIDOWSKY, PH, Néphrologue à l’Hôpital Ambroise-Paré (AP-HP), Boulogne-Billancourt :

L’hypertension a une définition manométrique précise. Certains patients ont une pression artérielle normale mais grâce à un traitement hypotenseur. Il faut malgré tout considérer cette catégorie de sujets comme ayant une hypertension artérielle, mais ayant une pression artérielle contrôlée par un traitement.

CONFÉRENCE DFASM 3 D’OPHTALMOLOGIE N° 1

Question d’Ariane :

Je m’interrogeais sur le lien diabète uvéite antérieure. Le diabète est-il une cause d’uvéite ou un facteur favorisant ? Faut-il rechercher un diabète dans le bilan d’une uvéite ?

Réponse du Dr Bénédicte DUPAS, CCA, Ophtalmologiste à l’Hôpital Lariboisière (AP-HP), Paris :

Le diabète n’est ni une cause ni un facteur favorisant d’uvéite. Il est n’est donc pas conseillé de le rechercher systématiquement dans le bilan étiologique d’uvéite. En revanche, c’est un facteur favorisant l’endophtalmie post opératoire.

CONFÉRENCE DFASM 3 D’ORL N° 1

Question d’Antoine :

Comment trouver l’orientation de l’oreille devant un tympan ?

Réponse du Dr Diane LAZARD, PH, Chirurgien ORL à l’Institut Arthur Vernes, Paris :

Bonne question ! C’est le manche du marteau qui donne l’indice et plus précisément son apophyse externe. Elle pointe vers l’avant donc pour un tympan droit : vers la droite de l’image, pour un tympan gauche : vers la gauche.

CONFÉRENCE DFASM 3 D’ORTHOPÉDIE N° 1

Question d’Antoine :

Est-ce qu’on peut seulement fendre le plâtre lors de douleurs sous plâtre ?

Réponse du Dr Guillaume ODRI, PH, Chirurgien orthopédique et traumatologie à l’Hôpital Lariboisière (AP-HP), Paris :

Il est possible de fendre le plâtre initialement lors de douleurs sous plâtre sans signes de gravité (douleurs modérées, pas troubles sensitivo-moteurs, absence d’œdème…). La surveillance doit alors être rapprochée. Cette attitude peut se justifier lorsqu’un traitement orthopédique avec une réduction satisfaisante a été obtenu, par peur de perdre la réduction en retirant le plâtre. Cependant, au moindre signe de gravité, ou en l’absence d’amélioration rapide, il est préférable de retirer le plâtre.

CONFÉRENCE DFASM 3 DE PSYCHIATRIE N° 1

Question d’Antoine :

Ne parle-t-on pas maintenant de trouble dépressif caractérisé et non plus de trouble dépressif majeur ?

Réponse du Dr Laurent KARILA, PH, Psychiatre addictologue à l’Hôpital Paul-Brousse (AP-HP), Villejuif :

Caractérisé (classification CIM) = majeur (classification DSM), c’est-à-dire plus de 15 jours d’évolution des symptômes.

CONFÉRENCE DFASM 3 D’UROLOGIE N° 1

Question d’Alexandre :

Le sondage urinaire est-il contre indiqué lors d’une prostatite aiguë ?

Réponse du Pr Morgan ROUPRÊT, PU-PH, Chirurgien urologue à l’Hôpital Pitié-Salpêtrière (AP-HP), Paris :

Oui c’est une contre-indication relative car le risque de la sonde (corps étranger) est de pérenniser l’infection bactérienne que l’on souhaite éradiquer !